A Wissous, les femmes voilées sont apostrophées par des “Oh la P*****”

L’atmosphère est devenue étouffante pour les habitants musulmans de la ville de Wissous dans l’Essone depuis que le maire UMP Richard Trinquier a voulu interdire la plage aux femmes voilées par le biais d’un arrêté.

A l’heure actuelle, les musulmans de Wissous sont harcelés, apostrophés et malmenés de la plus vile des manières. Les femmes voilées sont apostrophées, sifflées et insultées au son de « Oh, la pu****, la pu****. En voilà encore une », c’est ce qu’a pu entendre une maman vêtue d’un voile bleu alors qu’elle promenait son fils de neuf ans.

Les réseaux sociaux ne sont pas en reste puisque des messages racistes et islamophobes sont publiés sur le profil facebook du maire lui même. Celui-ci poste régulièrement des articles visant à dénoncer les “dangers de l’islam” ce qui incite les internautes aussi bien de simples habitants que des élus municipaux à répandre leur haine anti musulmans dans les commentaires.

Parmi les quelques “perles”, le Parisien en a sélectionnées certaines, dont une conseillère municipale qui estime que les personnes ayant la double nationalité devraient « retourner au cul de leur âne dont ils n’ont pas su évoluer » ou encore en parlant des musulmans, un utilisateur de facebook a posté qu’il fallait tuer tous les musulmans dans l’oeuf…

L’islamophobie prend des proportions telles que l’association musulmane de Wissous, Al-Medina, a été obligée de demander la prise de mesures de sécurité pour la population musulmane. Le préfet explique :

 « Ce dossier est suivi avec attention. Il a été indiqué à l’association qu’elle pouvait saisir le procureur de la République s’agissant des propos constitutifs d’infraction pénale ».


La parole s’est libérée suite à l’arrêté anti femmes voilées à Wissous-Plage cet été et ce, bien que la justice a donné raison à la liberté de culte, à savoir l‘autorisation du port du voile dans l’espace public. 

Pour sa part, le maire estime ne pas être responsable de cette frénésie islamophobe déferlant sur les réseaux sociaux et dans la rue. Il s’est déjà fait connaître pour avoir voulu renommer une rue de la ville du nom d’un général de l’OAS. 

Il dit uniquement s’inquiéter d’une islamisation grandissante et inquiétante.

 « Mais vous lisez ce qui se passe en Angleterre ou ailleurs avec l’islam ? Ça arrive chez nous !  […]L’islamisation. Ils cherchent à nous imposer une religion. Ils veulent une école coranique à Wissous, des tribunaux islamiques. Pourquoi 60 des 100 logements HLM ont-ils été attribués à des familles maghrébines ? ».

Comment un maire ose-t-il prétendre qu’il ne serait pas responsable du vivre ensemble dans sa propre ville ? Comment peut-il autant incendier et tenir des propos déplaisants envers l’islam et ses fidèles tout en arguant qu’il n’y a rien de raciste dans son discours ?

Partagez :