[SONDAGE] Près d’un israélien sur trois pense quitter le pays

L’opération “bordure protectrice” n’a pas laissé que des dégâts matériaux, elle a engendré un climat de découragement au sein de la population israélienne vis-à-vis de la politique menée par le gouvernement de Netanyahou.

A l’époque du Premier ministre Itzhak Rabin, tué en 1995 par un extrémiste juif, le souhait de quitter Israël était perçu comme une trahison et les personnes qui commettaient cet affront, les Yoredim, étaient qualifiées de mauviettes.

Or, un récent sondage publié par la deuxième chaîne de télévision israélienne révèle un tout autre aperçu de l’émigration. Près d’un tiers des israéliens pense quitter le pays s’il leur en était offert l’opportunité. Bien que 56% des sondés affirment ne jamais quitter Israël même si la possibilité leur était faite, ce revirement d’opinion et la fin d’un tabou autour de l’émigration prouvent que même la population ne soutient pas son gouvernement et commence à le faire savoir timidement.

L’émigration est encore appréhendée de manière péjorative par 36% des enquêtés, soit un peu plus d’un tiers de l’échantillon, preuve que le silence se brise petit à petit.

Ce chamboulement d’opinion est d’autant plus fort que l’Espagne favorise l’immigration de juifs d’origine séfarade au sein de son territoire en délivrant un passeport à tout individu portant un patronyme de sonorité séfarade. Aussi, plusieurs milliers d’israéliens possèdent d’ores et déjà un passeport étranger.

Les statistiques de fin d’année quant à l’immigration sont attendues de pied ferme pour connaître le réel impact de l’opération Bordure protectrice au sein de la population israélienne.

 

Partagez :