Dominique de Villepin dénonce les massacres de Gaza

Aujourd’hui, le Figaro a publié une tribune dans laquelle Dominique de Villepin s’est exprimé au sujet de la situation cauchemardesque que vit les palestiniens à Gaza.

C’est ainsi que l‘ancien premier ministre a dénoncé le massacre de civils innocents perpétré à Gaza en toute impunité par l’Israel. Il a déclaré dans ce texte poignant :

Par soumission à la voix du plus fort, la voix de la France s’est tue, celle qui faisait parler le général de Gaulle au lendemain de la guerre des Six-Jours, celle qui faisait parler Jacques Chirac après la deuxième Intifada.

Comment comprendre aujourd’hui que la France appelle à la “retenue” quand on tue des enfants en connaissance de cause ? Comment comprendre (…) que la première réaction de la France, par la voix de son président, soit celle du soutien sans réserve à la politique de sécurité d’Israël ?”

En effet, depuis plusieurs semaines l’armée israélienne a lancé une offensive sans relâche sur Gaza tuant ainsi plus de 1500 personnes et en blessant presque 10000 personnes dont la grande majorité sont des civils.

Dominique de Villepin s’est aussi insurgé contre la politique menée par l’Israel qui consiste à légitimer ses massacres sous prétexte que le Hamas instrumentaliserait les civils.

“Oui, il y a une terreur en Palestine et en Cisjordanie, une terreur organisée et méthodique appliquée par les forces armées israéliennes, comme en ont témoigné de nombreux officiers et soldats israéliens écœurés par le rôle qu’on leur a fait jouer “.

D. de Villepin propose des sanctions contre cet état terroriste. En effet, il a demandé un vote du Conseil de sécurité de l’ONU condamnant l’Israel afin que celle-ci assume sa politique en payant son prix par le billet de véritables sanctions économiques.

Il est plus que temps que des voix telles que celles de politiques ou de personnalités publiques s’élèvent contre l’ignominie perpétrée par cette armée d’occupation. Peut-être qu’a ce moment là seulement, la situation changera…

Partagez :