Israël : Goliath, le livre sur la face cachée d’ Israël

Pendant quatre ans, l’auteur et journaliste Max Blumenthal, juif lui même, a fouillé la société israélienne, rencontrant de jeunes soldats, visitant des hommes politiques conservateurs dans les colonies immaculées et des militants de gauche dans des appartements délabrés de Jérusalem.

Son plus récent livre, Goliath, brosse un portrait brutal d’une société déboussolée, qui célèbre la violence contre la population immigrante et palestinienne et réprime la dissidence.

Cet auteur répond aux questions de la presse concernant son séjour dans les territoires occupés. Il affirme que lorsque l’on passe beaucoup de temps en Israël, on cesse de faire attention à la violence et aux comportements extrémistes. Cela devient une partie de l’être humain. Les comportements inhumains se banalisent.

Il souligne aussi dans son livre, le fait que les soldats restent toujours impunis malgré les exactions commises envers les Palestiniens. Mais selon lui ce qui est surprenant ce n’est pas seulement l’immunité pour les soldats, mais aussi l’absence de protestations dans la société. Quand un enfant palestinien est assassiné de manière flagrante en Cisjordanie, seuls quelques individus, détestés par l’ensemble de la société israélienne, vont manifester. Pire encore, il ajoute même que la société israélienne ne voit pas cela comme un crime, mais comme une chose nécessaire. Beaucoup de témoignages qui vont dans ce sens ont été recueillis par l’organisation Breaking the Silence, des soldats israéliens confiant avoir commis des crimes horribles mais jugeant cela nécessaire.

Max Blumenthal a évoqué dans son livre les manifestations anti immigrants venus d’Afrique. Il répond que ce n’est pas par hasard que Miri Regev est depuis devenue présidente du parlement israélien car on y décide des règles de l’immigration. Il assure que ce n’est pas le fruit du hasard que des élus du Likoud se précipitent  pour monter sur scène et prononcer un discours devant un millier de manifestants enragés prêts à lancer une émeute contre les Africains. Selon Max Blumenthal c’est la sécurité d’avoir une plus grande couverture médiatique et d’être adulé par les concitoyens.

“C’est la voie qu’Israël a choisie: un plus haut niveau de racisme dans la société, l’incitation à la haine des gens perçus comme une “menace démographique”.

Il est vrai que Benyamin Nétanyahou ne dénonce jamais ces comportements inhumains, il les défend même.

Ses observations trouvent de plus en plus d’oreilles attentives aux États-Unis, principal allié d’Israël. Max Blumenthal affirme qu’ aux États-Unis, les choses bougent. En effet, une présentation de son livre devant le National Press Club à Washington, D.C a été très significative. La plus grande salle de bal pour la conférence était pleine à craquer, et ils ont dû ajouter des chaises.

Mais il n’a pas eu un écho aussi favorable en Israel. Le lobby juif sioniste fait campagne contre la diffusion de son livre. La réalité relaté par Max Blumenthal, tel qu’il l’a vécu pendant 4 ans ne convient pas à certains terroristes israéliens. La cruauté de ce régime ne doit pas être selon eux dévoilée. Cruauté dissimulée derrière cette “bonne conscience” criminelle quand le bourreau se fait passer pour la ” victime”. Sinon comment expliquer des faits d’une cruauté inouïe tel ceux décrits dans ce livre lors de la dernière attaque israélienne contre la population civile de Gaza-1.8 millions de Palestiniens dont plus de la moitié sont des enfants -enfermée dans un camp de concentration et/ou d’ extermination à ciel ouvert espionnée 24H sur 24 par des drones tueurs utilisés occasionnellement pour pratiquer la solution finale tout en un : incinérer vivants sur place les résistants et ceux qui ont le malheur de se trouver dans les parages lors de cet assassinat.

Le processus de paix a toujours été un alibi utilisé par Israël pour faire ce qui lui chante sur le terrain et garder les Palestiniens en état d’occupation.

Le conformisme totalitaire des Juifs israéliens, leur disponibilité à répandre partout où ils se rendent à l’étranger la propagande sioniste basée sur le patriotisme raciste et militarisme cruel tout ceci relève de la réalité israélienne décrite dans le livre Goliath de Blumenthal.

Comme le Nazisme, le Sionisme n’a pas sa place au sein de l’Humanité.

Partagez :