Géostratégie : L’alliance Monde Islamique – Eurasie

Si vous avez suivi nos articles concernant la Chine vous savez certainement qu’une véritable guerre d’influence est en cours en Mer Méridionale de Chine entre l’Amérique et le géant chinois.

A cet effet nous avons souligné l’importance géostratégique que revêt cette lutte. Il s’agit pour la Chine de s’assurer que son approvisionnement ne pourra jamais se trouver soumis à un blocus en cas de tensions ou de conflits avec un de ses voisins soutenus par la thalassocratie américaine.

La sécurisation de ses importations, notamment en hydrocarbures, passe donc par le renvoi des forces navales américaines en dehors de sa mer, considérée comme intérieure, et demeure un élément vitale de sa politique extérieure.

Dans ce but les fameuses “zones de sécurité” ont été déclarées par la Chine afin de protéger son littoral de toutes incursions furtives ou intempestives ennemies au grand dam de son voisin japonais, rival de toujours, inquiet lui aussi de perdre ses uniques voies de communications avec le monde. Il s’ensuit donc depuis, de part et d’autre, des provocations et des mises en garde réciproques rappelant la guerre froide …

Mais la Chine a également paré au danger en développant un missile hypersonique révolutionnaire capable de frapper n’importe quel porte avion américain ou ennemi  à des centaines de kilomètres des côtes ( missile Dong Feng 21D)  … et cela tout en se dotant elle-même d’un programme de construction de porte-avions modernes en plus du “récent” Liaoning.

Même si tous ces programme sont encore en cours et qu’ils ne constituent pas pour l’instant une véritable menace pour l’Empire de la mer, il indique quand même une certaine inclinaison politique et une capacité d’avancées rapides certaine : les Chinois ne veulent plus des Etats-Unis en Asie.

Ainsi ils s’efforcent de s’assurer la pérennité de leurs approvisionnements pour leur industrie vorace mais également la neutralisation de toute contre-attaque américaine rapide en cas d’absorption des territoires chinois de Taïwan ou d’autres îles côtières en mer de Chine méridionale …

D’ailleurs le “véhicule hypersonique” récemment développé par l’armée chinoise capable de frapper à vitesse hypersonique n’importe quel point dans le monde en moins d’une heure démontre que l’Amérique est bel et bien perçue comme l’unique ennemi à dissuader.

Il faut garder en tête que si la Chine réussissait à enrayer la capacité de projection américaine, capacité qui lui a assuré son hégémonie au cours de ce siècle, alors une nouvelle page des relations internationales s’ouvrirait devant nous. La capacité des émergents à assurer une politique indépendante économiquement et culturellement deviendrait alors possible sous ” parapluie ” chinois. On comprend donc l’inquiétude croissante des alliés américains et de l’amérique elle-même.

C’est dans ce cadre que le Japon demande désormais la possibilité de se réarmer face à la dite menace … Le Japon va même plus loin et n’a pas hésité ces dernières semaines à financer à coup de milliards les projets du géant indien qui gène tant la Chine sur ses arrières et a mené une politique agressive en mer de Chine (voir l’affaire des îles) … Cette réaction souligne la non confiance japonaise en un allié américain perçu désormais comme non fiable.

Mais la Chine sait prendre de vitesse ses adversaires. Son collier de perles, ports internationaux militarisés garantissant l’acheminement de ses ressources premières scellant des alliances tacites, ne s’arrête plus au Pakistan …

En effet, la Russie a annoncé que désormais la Chine patrouillerait conjointement avec ses forces navales en Méditerranée. La Russie a donc choisi d’ouvrir la boîte de Pandore aux chinois !

Les russes voyaient trop souvent leurs bateaux interceptés par la marine otanesque. Elle s’alloue ici un “garde du corps” gratuit qui dissuadera les plus téméraires de tout abordage. Le croiseur porteur de missiles à propulsion nucléaire Piotr Veliki et le patrouilleur chinois Yancheng s’entraînent  ainsi en ce moment en mer méditerranée. Mais surtout la Russie donne pour la première fois, depuis des millénaires, accès au cœur du monde islamique à la Chine …

Tout le monde n’a vu dans ces exercices qu’une démonstration de force des alliés eurasiatiques afférente à la guerre syrienne. Il n’en est rien. Cette sortie pour la Chine représente le premier pas vers le bouclage du collier de perles … Effectivement, les ressources de gaz et de pétrole indispensables à son économie se trouvent en pays méditerranéens islamiques (arabes ou africains). Mettre un pas dans ces lieux c’est déjà pour la Chine prévoir de futurs alliances nécessaires à sa pérennité économique.

Or pour l’instant tous ces pays arabes sont peu ou prou tenus par l’Amérique et l’Occident. La Chine, dans un moyen terme certainement ombrageux avec l’Amérique, se devra de favoriser des changements politiques dans ces pays stratégiques …

Et vous l’avez compris la seule opposition aux forces tyranniques et/ou libérales en place en pays musulmans sont bien les forces d’opposition islamique !

Le 11 septembre avait rendu borgne la Russie et la Chine … Le seul moyen pour eux de briser le containment américain est non pas de scruter ses minorités frontalières mais bien de “jeter la pierre dans le jardin du voisin” en se projetant dans une politique extérieure offensive et ambitieuse en pays islamique ! En effet, l’Otan se trouverait à son tour pris de revers et certains pays d’Europe pourraient alors penser à sortir durablement de l’emprise thalassocratique anglo-américaine en collaborant avec des grands espaces civilisationnels non hégémoniques.

Le futur, comme nous l’avons souvent répété, pourra d’autant plus être islamique et anti-impérialiste en pays musulmans que des élites musulmanes éclairées comprendront la nécessité d’une collaboration forte entre les forces islamiques et la Chine appuyée par la Russie. En effet, un Etat islamique pourrait ainsi obtenir une pérennité et une progression rapide sous couverture eurasiatique face aux tentatives de déstabilisation occidentales. Un grand espace islamique maghrébin ou encore un espace sunnite du Cham pourraient ainsi s’appuyer sur les besoins stratégiques chinois et russes pour devenir véritablement capables de développer une structure indépendante et viable en échange d’apports énergétiques privilégiés. La Chine a d’ailleurs prouvé dans son histoire récente qu’elle ne craint nullement, du fait de sa configuration régiono-démographique, la propagation de ses savoirs et de son potentiel militaire.

Il vous faut savoir que la Syrie a été un piège américano-israélien visant à bloquer toute alliance possible eurasislamique dans lequel sont tombées toutes les forces potentielles anti-américaines en présence. Il vous faut savoir également que de sources sûres des éléments du pouvoir chinois et russe envisagent positivement cette perspective.

Il convient donc pour nous d’inventer cette nouvelle géostratégie capable de bouleverser le nouvel ordre mondial prévu pour nous par l’Occident en les prenant de vitesse à … l’Orientale.

Partagez :