La réforme du Congé Parental PS ou la victoire du libéralisme au nom du féminisme

Najat Vallaud Belkacem, beurette de service du PS, a été chargée de faire passer à l’Assemblée Nationale une réforme du Congé Parental.

Alors que toutes les personnes de Gauche, ou plus simplement les personnes attachées à la famille, attendaient une revalorisation significative de la faible allocation parentale ( 572€/mois ) c’est bien à un retour en arrière auquel nous avons assisté.

En effet, on peut résumer la mesure ainsi :

– Le complément de libre choix d’activité (CLCA) deviendra désormais la ” prestation partagée d’accueil de l’enfant ” soit un changement de nom qui à lui seul modifiera votre niveau de vie social. Si, si, tout est dans le mot ” partagée ” qui éblouira votre compte en banque à n’en point douter …

– Ainsi pour le premier enfant la réforme prévoit d’accorder 6 mois en plus de la demi-année prévue à l’accueil du bébé mais … seulement si c’est le père qui les prend. Donc concrètement maman reprendra le travail, et la famille pourra de nouveau vivre la joie du demi-salaire. Plus sérieusement, les jeunes couples souvent en proie à une précarité financière avaient besoin de plus d’argent et non qu’une personne en plus puisse se séparer de son salaire. A la base, les femmes subissaient des reproches, les suspicions et des discriminations pour ce “congé” premier enfant souvent pris au cours de leur premier emploi. C’est maintenant les jeunes hommes  qui auront le plaisir de ” partager ” cette aide au chômage… A la base encore nous le rappelons, quitte à nous faire traiter de réactionnaires, ce congé visait à favoriser un allaitement de l’enfant durable … Ils iront lui expliquer au marmot, l’allaitement … partagé.

– A partir du 2ème enfant, l’ancien CLCA prévoyait 3 ans de “congé”. Il sera désormais réduit à 2 ans et demi sauf … si le conjoint masculin prend 6 mois des 3 ans. C’est bel et bien une régression sociale que l’on tente de nous passer pour une révolution. Car malheureusement quand une femme a le courage de consacrer 3 ans à ses enfants, avec une compensation si minime et des mesures de rétorsions de l’entreprise si grandes, c’est bien souvent parce que le mari perçoit une bonne paie ! Une bonne paie associée  à des contraintes de travail plus grandes et encore plus exigeantes.  On voit donc mal un couple renoncer en plus de la carrière de Madame à la carrière de Monsieur qui annoncerait guilleret à son patron dont l’entreprise est en crise qu’il s’en va 6 mois dans le monde des couches et des biberons … pour moins de 600€.

Le PreParE (sic) est donc bien une mesure pour l’égalité, oui ! Mais pour l’égalité dans la précarité.

On aurait pu croire à une revalorisation des sommes reversées, à des mesures de rétorsions contre les entreprises qui imposent des différences salariales entre femmes et hommes incroyables, ou encore à des mesures ambitieuses permettant un contrôle des évolutions des carrières en entreprise des femmes qui osent l’éducation de leurs enfants, mais il n’en fut rien.

C’est bien au nom du féminisme, ou la lutte sociétale, qu’on détruit aujourd’hui les dernières mesures sociales françaises.

C’est bien par une beurette ministre que l’on favorise un racisme de la population échaudée par des arrivistes manipulées non préoccupées par les vrais problèmes des gens et chargées sournoisement de casser tout ce qu’aime le peuple français.

Demain, pourquoi pas, on pourra proposer au 2 parents un congé à forfait 700€ à condition que les deux premiers enfants ainés aillent travailler aux mines … au nom de l”égalité.

Le néo-libéralisme créateur de racisme et de tensions c’est là le secret … du Parti “socialiste” !

Partagez :