Morsi jugé par les bourreaux de l’Egypte

Un procès pour «incitation au meurtre» (sic) de l’ex-président Mohamed Morsi, putsché par un quarteron de généraux occidentalistes, s’est ouvert aujourd’hui.

Mais celui-ci a été d’emblée ajourné à janvier.

«Je suis le président de la République et ce tribunal est  illégal», Mohamed Morsi.

Morsi a demandé au tribunal de juger les leaders du coup d’État militaire plutôt que de s’en prendre à lui …

Premier chef de l’État élu démocratiquement en Egypte, Morsi a été putshé par la junte militaire et est depuis détenu au secret.

M. Morsi est accusé de la mort d’au moins sept manifestants lors de  heurts devant la  présidence le 5 décembre 2012.

Le culot ne manque pas à la junte et aux médias occidentaux de colporter ce genre de nouvelles quand on connait l’ampleur des massacres perpétrés par l’alliance des militaires et des laïcistes.

Le moderniste frère musulman, Morsi, semblait d’ors et déjà trop proche de l’Islam pour certains généraux.

Une commission s’affaire d’ailleurs depuis à donner une constitution sans aucune référence religieuse à l’Egypte.

Le massacre de la place Rabia :

Nouvel extrait qui a fuité où Abdelfatah Al-Sisi évoque un article immunisant l’armée et parle de la décision* de Morsi contre cette institution.

*L’ex-président Morsi a annulé la “déclaration”, par le Conseil suprême des forces armées, qui accordait de larges pouvoirs à l’armée, le 17 juin, et écarté le chef de l’armée le maréchal Hussein Tantaoui.

Al-Sisi évoque l’article pour immuniser l’armée et parle de Morsi from Al-Minassa on Vimeo.

Partagez :