Femme en niqab agressée – “J’ai été traitée comme une agresseuse et elles comme des victimes”

Notre soeur agressée lâchement lundi par deux islamophobes dans un magasin Leader Price nous a contactés afin que nous rendions compte exactement des faits.

Alors que Madame B., vêtue d’un voile intégral, faisait ses courses avec ses 4 enfants, deux femmes de type européen se sont amusées à les compter et à se moquer à haute voix, de là s’en est suivie une dispute à propos du niqab et de l’origine de la femme voilée. 

L’honnêteté étant une qualité rare en 2013, notre soeur montre l’exemple en souhaitant rajouter des précisions.

Assalamou alaykoum rahmattoullah,

Je voudrais préciser d’importants éléments. La mémoire me revient car le premier choc est passé.

Après que la femme la plus agressive m’a poussée et arraché le niqab, je l’ai frappée au visage.

S’en est suivie une bataille violente entre elle et moi.

Folle de rage, l’autre femme s’est acharnée sur moi, et je me suis battue avec elles.

Elles ont essayé d’arracher mon jilbab et ont réussi à me tirer les cheveux car ce dernier était défait.

Nous avons été séparées une première fois par des clients et le personnel, puis comme j’étais partiellement déshabillée devant les hommes et dans un état de colère extrême, j’ai recommencé à frapper mon agresseuse.

Nous sommes à moitié tombées dans le rayonnage des produits fromagers.

C’est là que celle qui m’avait provoquée verbalement en me voyant, m’a frappée de nouveau afin de défendre sa soeur.

Je n’ai pu que la saisir par les cheveux en tombant et je l’ai entraînée avec moi au sol.

Étant donné que des gens étaient au dessus de moi en essayant de nous séparer, j’étais à la merci d’une des femmes qui me martelait de coups de poings pour me faire lâcher les cheveux de sa soeur.

Elle hurlait “lâche ma soeur”.

Je souhaite être objective, ne pas faire comme elle et occulter une partie de la vérité pour faire pencher la balance.

Ce qui m’est arrivé est une agression qui a fini en bagarre.

Contrairement à moi qui étais blessée aux mains et qui avait une bosse énorme à la tempe, les femmes sont restées dans le magasin sans blessures apparentes, mais se sont fait emmener allongées en civière, avec collier cervical aux urgences.

Bien que j’étais prise de malaise, tremblante, ensanglantée et en larmes, la meme équipe ambulancière n’a pas pris les mêmes précautions avec moi et m’a transportée assise sur une chaise.

L’ambulancier m’a demande à 3 reprises méchamment d’enlever complètement mon jilbab  car “nous sommes dans un pays laïque”.

Je l’ai fais en croyant que c était pour des soins concernant des blessures à la tête.

A l’hôpital, il me l’a redemandé en disant que nous étions dans un pays laïque.

Je ne portais pas le niqab, juste le jilbab et j’ai le droit.

Ils ne m’ont apporté aucun soin et ont attribué mon 7 de tension et pouls hyper élevé à un problème de piles dans le tensiomètre.

Ils m’ont pris le pouls aux deux poignets pendant la quasi totalité du trajet, en me demandant de me calmer pour espérer avoir un pouls normal.

Le médecin ne m’a pas auscultée sur les parties douloureuses, ni soignée mes blessures sanguinolentes.

J’ai été traitée comme une agresseuse et elles comme des victimes.

On notera que même lorsque notre soeur était mal en poing les ambulanciers laïcards zélés ont obligé cette dernière à retirer son djilbab et ce, contrairement à la loi. 

Que deux hystériques s’en prennent à une femme voilée est déjà inadmissible mais lorsque c’est toute une équipe médicale qui ne fait pas correctement son travail c’est inimaginable et une pure discrimination religieuse. 

L’islamophobie a atteint toutes les sphères de la société, médias, politiques, corps médical, simples citoyens. 

La loi inique et discriminante sur l’interdiction du port du voile intégral n’a pas fini de provoquer une cassure entre français. 

Cette loi fut le départ d’une islamophobie qui ne s’arrête plus. 

Musulmans, musulmanes, soyez solidaires !

Partagez :