L’Arabie Saoudite refuse son siège au Conseil de sécurité de l’ONU

L’Arabie Saoudite a fait savoir qu’elle refusait le siège au Conseil de Sécurité de l’ONU qui lui a été octroyé récemment.

Soulignons le rôle crucial de ce conseil dans l’établissement de sanctions internationales et des interventions militaires.

Dans le monde de la diplomatie, la surprise est grande de voir l’Arabie, d’habitude si discrète, se lancer dans une initiative de grand bruit.

Cet affront fait suite à des déclarations d’inquiétudes du gouvernement saoudien quant à la situation en Palestine occupée et en Syrie.

Mais les réelles préoccupations du Royaume semblent plus portées sur l’Iran.

c9f1kerry-saoud-el-faical-300x224

Cette manœuvre de la maison Saoud parait en fait être un coup de semonce envers leur allié américain.

En effet, comme notre site vous l’annonçait depuis longtemps, les élites américaines sont totalement acquises à l’entrée de Téhéran dans le grand jeu U.S.

L’intermède Ahmedinejad a pris fin et un rapprochement négocié entre, l’Amérique et l’Iran d’une part et Israël et l’Iran d’autre part, prendra petit à petit place.

La “géostratégie pluricentenaire des croisés en Terres Saintes ” refait donc apparition après un revirement tactique de courte durée.

Nous vous invitons à relire l’histoire de ces contrées pour enfin comprendre à quel point l’alliance avec les chiites ( fatimides ) et autres alaouites ( achachiine/assassins) a toujours été la clé de voûte de toute intrusion durable d’un ennemi en ces terres (voir les exemples chrétiens ou mongoles).

En effet, il s’agit pour Washington et Tel Aviv d’éviter toute résurrection d’un grand espace sunnite arabe qui, alliant ressource humaine et pétrolifère, pourrait créer un cataclysme géostratégique en choisissant de coopérer activement avec les émergents tels que la Chine, l’Inde et/ou la Russie tout en adoptant un système de fonctionnement entièrement islamique.

Il est évident que le monde islamique “arabe” se détacherait alors, par morceaux géo-culturels ( Maghreb, Egypte, Cham, Sahel, golf), de l’hégémonie impérialiste occidentale.

Nous rappelons encore ici que l’émergence d’une Chine nationaliste sera le point de départ de ce nouveau paradigme géostratégique.

Les seuls à ne pas se rendre compte de cette perspective sont les pays du Golf empêtrés dans une géostratégie vieille de 50 ans … et d’élites perverses et enfantines.

Partagez :