Metz – Une rue interdite à la circulation pendant 4 jours pour les fêtes juives

La page des Transports en Commun de la Région Messine nous apprend que de 18h à 21h pendant 4 jours, toute une rue à Metz sera fermée à la circulation pour cause de fêtes juives. 

En raison des « Fêtes Juives » la rue du Rabbin Elie Bloch sera interdite à toute circulation le mercredi 4, jeudi 5, vendredi 13 et le samedi 14 septembre de 18h à 21h. 

En conséquence, pendant la durée des festivités, l’itinéraire des lignes concernées sera modifié.

1186025_618038151574989_602095139_n

La fermeture à la circulation de cette rue provoque des perturbations de transport pour les différents métros, bus qui passent par cette zone, occasionnant des retards pour les passagers.

Il y a quelques années, cette mesure n’aurait pas choqué. En effet, dans un pays où les religions sont diverses et variées, il est tout à fait normal que les citoyens se respectent et comprennent les volontés des uns et des autres pour des moments exceptionnels.

Mais avec le climat délétère que connaissent actuellement les musulmans, il était impossible de rater l’occasion de faire un parallèle avec les “prières de rue” à la Goutte d’Or (Barbès) qui avaient longtemps défrayé la chronique.

Marine Le Pen comme à l’accoutumé, avait choisi d’aller plus loin que tous les autres politiques en faisant un parallèle entre ces prières de rue dues au manque de place dans les mosquées et l’occupation nazie.

Les musulmans français étaient donc d’après l’analogie de la numéro 1 du FN : des envahisseurs.

musulmans-prière-de-rue

Étrangement, les politiques et autres groupes extrémistes tels que les identitaires, n’ont pas jugé bon d’intervenir à Metz alors que la laïcité est totalement bafouée.

Le double discours laïc qui s’applique selon la communauté n’a que trop duré.

L’hypocrisie des politiques qui cachent leur islamophobie derrière une laïcité offensive et des semblants de principes républicains est à nouveau dévoilée lorsque l’on évoque les passes droits de la communauté juive.

Pourquoi ce deux poids deux mesures devenu si courant dorénavant ? 

Est-ce que la laïcité est un concept qui ne s’applique qu’aux musulmans ? 

Est-ce que les musulmans sont les seuls à devoir se soumettre à des lois liberticides qui briment leur liberté de culte ?

Il faudrait peut être un jour que nos chers députés soient clairs avec la communauté musulmane, que l’on arrête définitivement cette hypocrisie.

En tant que musulman, je peux comprendre que les juifs de France souhaitent fêter le nouvel an dans la rue, qu’ils souhaitent exprimer leur joie en se rassemblant.

A vrai dire ce n’est aucunement dérangeant dans un pays où les cultures, les religions sont diverses et variées, chacun peut faire un effort pour que tout le monde vive en paix et dans la joie.

Loin d’être un laïc, si mon voisin juif ou chrétien souhaite faire la fête dehors, qu’il le fasse librement. 

2013-07-01priere_de_rue

Cependant, la réciproque doit être respectée. Le musulman doit pouvoir faire de même lorsque c’est l’aïd. Le vendredi à la Goutte d’Or ou ailleurs, qu’on ne parle pas d’occupation des rues lorsque les fidèles prient sur le trottoir par manque de place.

La rhétorique laïcarde  alimente la haine entre les communautés.

Les droits doivent être les mêmes pour le juif, le musulman, le catholique. Tous doivent être logés à la même enseigne.

Prier ou célébrer exceptionnellement une fête religieuse ne doit pas être un problème.

Que chacun vive son culte librement sans hypocrisie laïque !

La Rédaction I&I

VOIR AUSSI :

>> Laïcité à deux vitesses – Des élèves juifs passant le brevet virent deux surveillantes avec l’accord du collège

>> Laïcité à deux vitesses – Un enseignant fait passer les oraux du bac avec une kippa sur la tête

>> Laïcité à deux vitesses – Le report d’examens pour les fêtes juives passe mal chez les étudiants

>> [VIDEO] Laïcité à deux vitesses – Dimanche sur le Champ de Mars, concert et chandelier géant pour Hanouccah

Partagez :